11 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne. Devenez membre privilégié en cliquant ici
Annonces Google
Activité du Site
Pages vues depuis 27/11/2005 : 14 243 520
  • Nb. de Membres : 450
  • Nb. d'Articles : 292
  • Nb. de Forums : 9
  • Nb. de Sujets : 13
  • Nb. de Critiques : 21

Top 5  Statistiques

Modéré par : K-L S-P Anthony761 JM-C 
Index du Forum » » L'Historique du Réseau » » Retro TCL

Cliquer sur la barre de titre ci-dessous pour inverser l'ordre d'affichage des messages
AuteurRetro TCL
JM-C
 9363  
     

JM-C
  Posté : 15-09-2016 19:15

En collaboration avec le Sytral pour les journées du patrimoine, le site tcl.fr nous informe que l'INA a ouvert un site proposant des extraits gratuits de videos historiques relatives aux transports en commun lyonnais

http://sites.ina.fr/retro-tcl/

Il est bourré de trésors mais, s'il fonctionne bien avec chrome, a quelques difficultés avec firefox (du moins sur mon PC).

Heureusement, leur lecteur possède une fonction d'export autorisant l'intégration de ces videos pour les partager dans le seul cas d'une utilisation non commerciale (§ 3.3 des CGU).

J'ai fait une petite sélection, pour les véhicules qu'on y voit et le contexte urbain. Je vous proposerai une seule video par jour pour pouvoir faire des commentaires et aussi ne pas concurrencer directement le site de l'INA.

Pour commencer, en cette année du cinquantenaire du SC10, voici la 1130 sur la nouvelle ligne 47 (inauguration le 28/12/1967) qui permettra à beaucoup de voir à quoi ressemblait le quai Achille Lignon au temps de la Foire de Lyon même si l'interview du directeur adjoint est un peu longue



  Profil  
sebac22
 1878  
     

sebac22
  Posté : 16-09-2016 22:22

Très intéressant!

C'est le dépôt de parmentier qu'on voit au début n'est ce pas ? 


  Profil  
JM-C
 9363  
     

JM-C
  Posté : 16-09-2016 22:58

Non ce n'est pas le dépôt de Parmentier (où il n'y avait que des trolleys et la 47 était aux Pins) mais tout simplement le terminus de la Foire de Lyon (on voit d'ailleurs la voie ferrée en arrière plan). La placette existe toujours, c'est celle avec la statue.

On voit derrière le bus l'extrémité du Palais de la Mécanique (qui était un des halls d'expo de la Foire).

Pour fixer les idées voici une vue aérienne de la Foire en 1966 (cliquer pour 1024 px)



Le Palais des Congrès était à la place actuelle du MAC, l'allée intérieure de la Foire a été conservée.

Le long du Rhône c'était une voie rapide en sens unique, pendant de celle qui est toujours en face en contrebas du cours d'Herbouville. Par rapport au SP bus, le quai était plus large et légèrement décalé vers le Rhône car il y avait des batiments complémentaires (qu'on voit sur la video) le long du parc,  notamment du côté sud. En cherchant bien on voit des morceaux de toits sur le cliché ci-dessus.

On notera aussi qu'on faisait le tour du monument des Enfants du Rhône (en bas à gauche sur le même cliché).

  Profil  
JM-C
 9363  
     

JM-C
  Posté : 16-09-2016 23:36

J'ai revisionné pour en être sûr, pas de Parmentier qui n'était pas sur le parcours de la ligne qui empruntait la rue Garibaldi dans les 2 sens avec une boucle de retournement par l'av Berthelot (on y est vers 1'05"), la place Jean-Macé (on voit au second plan la Mairie du VII° et un VA3B2 sur l'av de Saxe) puis la rue Domer (dont le sens a été inversé beaucoup plus tard) où était d'ailleurs le terminus.

  Profil  
JM-C
 9363  
     

JM-C
  Posté : 18-09-2016 00:59

Quelques captures d'écran avec la 1130 sous toutes ses coutures quai A. Lignon et rue Domer







La 47 était la 3e équipée après les lignes 8 et 17 (qui avait récupéré les petits numéros). Elle avait 6 v en ligne et 8 au parc (1126 à 1132), sans doute parce qu'elle était la seule en SC10 aux Pins.

A noter que les bus n'avaient pas encore de panneaux publicitaires, mais plus pour très longtemps.

  Profil  
sebac22
 1878  
     

sebac22
  Posté : 18-09-2016 18:08

Merci pour toutes ces informations

La 47 (C7) a pas tellement changer en 50 ans :oui:

  Profil  
JM-C
 9363  
     

JM-C
  Posté : 18-09-2016 21:30

Une autre vidéo sur le remplacement des composteurs manuels en cuivre par des oblitérateurs automatiques (12/02/1972).

On voit également un SC10U mais de la 4e tranche (1158), avec en prime l'intérieur, toujours un machiniste-receveur (comme on disait encore à l'époque) avec sa casquette et des plans sur la billeterie et la fameuse "boîte jaune".

Jean Léridon avec son chapeau "vieille France" a du prendre sa retraite et c'est une figure très connue de l'entreprise, Jean Arrivetz, qui est interviewé.

A noter à la fin les panneaux publicitaires qui ont fait leur apparition depuis 3 ans.

 


  Profil  
K-L
 4286  
     

K-L
  Posté : 18-09-2016 22:41

On notera la 4L d'intervention qui suit le véhicule

Passionné ;-)

  Profil  www  
JM-C
 9363  
     

JM-C
  Posté : 19-09-2016 00:05

Bien vu, je pense qu'elle devait servir à transporter le cameraman extérieur car on la voit aussi stationnée lors de la prise de vue finale (ou ?)





La dernière image est floue mais le film est coupé juste après, avant l'image-clé suivante.

  Profil  
JM-C
 9363  
     

JM-C
  Posté : 20-09-2016 18:10

Aujourd'hui on visite le 31/05/67 une extension du dépôt d'Audibert, agrandi pour recevoir la ligne 26 qui sera exploitée en autobus (PBR) en septembre. Une nouvelle aile abrite les 18 PCMU mis en service en mars (sur les lignes 39 et 35), dont on voit la moitié de l'effectif passé en revue par les officiels.

On voit aussi la nouvelle machine à laver automatique avec le PH8/100 n° 1539 qui se refait une beauté.
La séquence se termine avec la visite du chantier de l'extension (9800 m2) du dépôt des Pins d'une capacité de 165 autobus standards destinée à remplacer l'annexe de Monchat (16, 25, 37, 38 et 41) et à remiser les autobus qui remplaceront les 55 trolleybus de la halle historique (4100 m2) et ceux des nouvelles lignes prévues dans un avenir plus ou moins proche (47, 48, N7, 51, 52, 56, 57).

 


  Profil  
JM-C
 9363  
     

JM-C
  Posté : 20-09-2016 18:35

La belle rangée de PCMU



à laquelle il faut rajouter cette vue de la 1208 où l'on aperçoit au second plan les PBR ex 34 prévus pour le 26 (il y en avait d'ailleurs déjà quelques-uns pour La Doua) et qui sont reconnaissables par leur capot de ligne inclinée qu'on ne trouvait que sur la 1ère série



La machine à laver avec un PH100 du 34




  Profil  
sebac22
 1878  
     

sebac22
  Posté : 20-09-2016 20:21

C'est la que stationne actuellement les bus de C7/C22 ça fait bizarre c'est tout neuf

  Profil  
JM-C
 9363  
     

JM-C
  Posté : 21-09-2016 22:07

La mise en service de bus articulés sur la ligne 7 (09/03/1967) a été bien sûr l'occasion d'un reportage video.

La séquence commence rue de la République puis on voit l'intérieur de la remorque de la "bétaillère".

On saute ensuite à l'autre bout de la ligne, dans l'amorce de la boucle de retournement de Cusset qui s'amorçait par le rue F. de Pressensé, la pharmacie et la Caisse d'Epargne sont toujours là ! On notera une particularité de ces PH180 dont les roues de la remorque étaient directrices.

Suit une nouvelle giration au départ de la gare routière de Perrache, par la contre-allée est du Cours de Verdun. On notera que les articulés étaient inconnus par le code de la route et que la remorque était considérée comme ... une remorque de PL et donc avait une immatriculation propre (ici 907 CS 69 alors que la partie avant de la 1006 avait le 906 CS 69).

La video se termine par le virage de la place Bellecour vers la rue du Plat (la boucle de Perrache empruntait cette rue et la rue Vaubecour et revenait par la rue V. Hugo).

Quelques années après, je pense que la commentatrice a du se mordre les doigts d'avoir prédit que les lyonnais allaient gagner en confort

 

 

  Profil  
JM-C
 9363  
     

JM-C
  Posté : 21-09-2016 22:20

On aura des vues en couleur dans d'autres reportages. Je retiendrait donc cette vue inédite de l'intérieur de la remorque, avec le poste de perception situé juste avant la porte de descente (et non sur les essieux arrière comme indiqué à tort dans certains ouvrages



Sinon, la boucle de Cusset se faisait par l'av de Pressensé, la rue de Venise, la rue Pierre Voyant et la rue du 4 août.

Sur cette vue aérienne de l'IGN (prise le 29/06/1968), on distingue 3 articulés (dont un qui repart) dans la rue P. Voyant où était le terminus



  Profil  
K-L
 4286  
     

K-L
  Posté : 22-09-2016 09:11

Ces vidéos sont bien plus claires avec tes explications Merci !

Passionné ;-)

  Profil  www  
JM-C
 9363  
     

JM-C
  Posté : 22-09-2016 18:20

Le reportage suivant est en couleurs et date du 21/01/1972. Il a été tourné à l'occasion de la mise en service des couloirs pour les autobus et les taxis.

Ces derniers ne nous intéressent pas sauf pour la file d'attente sous les voutes et le SC10U du 8 à l'arrière plan.

Pour les autres matériels on voit au début un PH10/100 du 44 dans le couloir d'accès au pont Kitchener (avec une VP qui ne le respecte pas !), au milieu et à la fin des PH180 au terminus de Perrache et dans le couloir de la rue Victor Hugo. Place de la Comédie (où le 7 avait un couloir avec un arrêt devant l'Hôtel de Ville), on aperçoit aussi un SC10U du 9 (784 DP 69: 1162).

 

Mais le plus intéressant, c'est le personnel et ses uniformes. Les machinistes (et receveurs) ont une chemise bleu nuit et une casquette à parements rouges tandis que les chefs ont une casquette à parements dorés (et pour l'hiver un manteau ou un imperméable ciré).

L'organisation de la hiérarchie n'était pas comme maintenant car la structure était centralisée. Chaque dépôt avait à sa tête un "Inspecteur" qui avait droit à 3 étoiles. L'agent de maitrise interviewé au terminus du 7, qui a une étoile, est un "Contrôleur-chef" sédentaire (il reste ordinairement au dépôt) qui joue un peu le rôle du chef de ligne actuel avec aussi le volet commercial.

Celui qui bafouille un peu sur le quai, sans étoile, est un (simple) contrôleur qui était un homme exclusivement de terrain doté d'un talkie-walkie qui lui permettait de communiquer avec ses collègues et avec le dépôt. Il avait deux fonctions bien distinctes: contrôler les titres de transport et réguler le trafic de la ligne. Pour ce faire, il avait un petit carnet où il notait tous les bus qu'il croisait et ordonnait des demi-tours en cas de retard mais ce n'était pas aussi rapide que maintenant évidemment.

Les contrôleurs étaient affectés à une seule ligne (comme la 8) ou à un groupe de 2 (cas de celui des 29/30) et il y en avait un du matin et un du soir.

Aux terminus importants (Perrache, A. Poncet, Brotteaux, Cx Rousse, Pt Mouton) il y avait un kiosque avec un contrôleur qui ne faisait que de la régulation pour toutes les lignes qui passaint là et distribuait plus ou moins gracieusement des horaires. Par exemple celui de la place A. Poncet régulait toutes les lignes d'Oullins (y compris la 8 qui passait devant lui).

  Profil  
JM-C
 9363  
     

JM-C
  Posté : 23-09-2016 00:38

Pour préciser, le contrôleur chef étoilé avait aussi des compétences des chefs de groupe actuels en ce qui concerne les promotions, mutations et sanctions.

  Profil  
JM-C
 9363  
     

JM-C
  Posté : 25-09-2016 15:06

Un dernier reportage sur les conductrices TCL (20/04/1973) où l'on retrouve Jean Arrivetz, mais en couleurs.

Encore appelées "machinistes" comme à la RATP, on apprend qu'il n'y en avait que ...4 (dont 3 sont interviewées) !

C'est l'occasion de voir le dépôt d'Alsace à l'époque avec à l'arrière plan les SC10U du 27 et les VA3B2 du 3.

 

  Profil  
ATAVI
 229  
   

ATAVI
  Posté : 25-09-2016 16:46

Ahh quel belle époque vive la 7 😍

  Profil  
K-L
 4286  
     

K-L
  Posté : 30-09-2016 20:39

Seulement 4 ? 

Passionné ;-)

  Profil  www  
Sauter à :

Galeries Photo

L\
Agora S
Météo de Lyon
Contact